Chine, Coup de coeur, Voyages

Le musée des Trois Gorges de Chongqing – 重庆中国三峡博物馆

• Présentation

Le musée des Trois Gorges est le plus gros musée trois de la municipalité de Chongqing. Fondé en 1951 sous le nom de “Musée du Sud-Ouest 西南博物馆”, il a été renommé ” Musée de Chongqing” en 1955. Avant que le célèbre barrage des Trois Gorges ne soit construit, le nom des Trois Gorges fût rajouté, afin que le musée puisse exposer d’anciennes reliques de la région des Trois Gorges. Au cours de ses soixante années de développement, le musée a pu accumuler une quantité non négligeable d’objets et de reliques anciennes.

• Infos pratiques

Le musée est situé au cœur de la ville de Chongqing, dans le district Yuzhong (渝中区) face à l’Auditorium politique de Chongqing (大礼堂). Le musée est facile d’accès, que cela soit par bus ou métro (Ligne 2 – Station Zeng Jiayan 2号线 – 曾家岩站). Le musée est ouvert tous les jours sauf les lundis, de 9h à 17h. La visite du musée est totalement gratuite, cependant il faut entrer avant 16h car après cela n’est plus possible !

Néanmoins, certaines expositions temporaires sont quelquefois payantes, c’est le cas en ce moment avec l’exposition consacré à l’art nouveau d’Alfons Mucha, mais ce n’est pas le cas de toutes les expositions temporaires. J’ai pu visiter une exposition portant sur l’art bouddhique du Yunnan qui était elle, totalement libre d’accès.

Autre point qui mérite d’être souligné, des audioguides en français sont disponibles ! Malheureusement je ne m’en suis aperçue qu’a la fin de la visite, mais à ma prochaine visite j’aurais recours à un audio guide c’est sûr! L’audioguide est payant par contre. L’audioguide via wechat est gratuit mais n’est disponible qu’en mandarin. Dans le musée, peu d’explications sont traduites en anglais, souvent seuls les titres sont traduits.

Au sein du musée, des boutiques de souvenirs, et un café sont présents.

• Un soupçon de visite ?

Le rez-de-chaussée est consacré aux Trois Gorges. On y trouve des reliques anciennes mais aussi des objets relatant la culture des habitants de cette région. On y découvre aussi la faune habitant cette contrée ainsi que d’anciennes embarcations. Un film est projeté pour en savoir plus.

À ce niveau se trouvait également l’exposition temporaire payante de Alfons Mucha.

Au premier étage, il y a deux collections permanentes. La première est une collection consacrée aux origines de Chongqing et ses habitants nommés les Bayu (巴渝). J’ai trouvé cette collection vraiment intéressante, on est vraiment plongés dans les découvertes archéologiques, des pots en terres cuite en passant par des squelettes ou autres statues.

La deuxième collection est à propos de la ville de Chongqing et de son évolution. Cela permet de découvrir la ville telle qu’elle était au XXème siècle, avec son histoire teintée de politique (Capitale du Guomindang puis Libération par les communistes, etc.).

À cet étage se trouvait également l’exposition temporaire gratuite sur l’art bouddhique du Yunnan. L’exposition vaut le coup d’oeil si vous êtes dans les environs avant qu’elle ne se termine (jusqu’au 14 juillet). On y trouve de nombreuses statuettes de multiples divinités, des sutras bouddhiques et autres reliques liées au bouddhisme.

Passons au deuxième étage, exposant quatre collections différentes: l’art de la sculpture de la dynastie Han, les anciennes monnaies, les traditions et folklore des minorités ethniques de la Chine du Sud-Ouest et les années de guerre contre le Japon.
La collection que j’ai le plus appréciée est celle des minorités ethniques, les costumes aux couleurs chatoyantes et ma passion pour les costumes traditionnels n’y étant pas pour rien!

Les sculptures de la dynastie des Hans sont également à voir, au moins pour voir de quoi étaient capables les Hans à cette époque. Les deux autres collections restantes ne m’ont pas plus emballée que ça. Surtout celle consacré aux années de guerre contre le Japon qui est en fait majoritairement de la propagande et composée de photographies.

Enfin, le dernier étage fait aussi état de quatre collections : la peinture et la calligraphie chinoise au fil du temps, la donation de reliques culturelles par Chuli Li, ancien vétéran révolutionnaire du Parti Communiste Chinoise, la porcelaine chinoise des différentes dynasties et l’exposition de la collection privée de Robert Van Gulik.
La collection sur la porcelaine est vraiment belle, avec de multitudes de vaisselle et autres vases tous différents les uns les autres.

Pour la peinture et la calligraphie chinoise, cela reste joli à voir, mais j’ai le sentiment personnel que cela n’est pas tellement différent de ce que j’ai pu voir dans d’autres musées en Chine. Idem pour les reliques culturelles. Enfin, la collection privée de Robert Van Gulik (qui est notamment l’auteur de la série de romans policiers du Juge Ti) est intéressante quant à elle malgré que cela ne soit qu’une petite salle car cela permet de comprendre à quel point cet auteur aimait la Chine au point qu’il soit même qualifié dans le musée comme étant ” Plus chinois que les chinois”!

• Conclusion

Si vous êtes de passage à Chongqing je vous recommande vraiment la visite de ce musée, qui est gratuite mais en plus très enrichissante pour notre culture personnelle. C’est un voyage à travers l’histoire que nous offre le musée, et on ne s’ennuie pas au vu de la quantité de reliques présentées. La visite prend bien deux bonnes heures au minimum, pensez à prendre une carte à l’entrée, sous peine de rater l’entrée de certaines collections qui sont parfois bien cachées !

Tagged , ,

Laisser un commentaire